Française | du savoir à l’émancipation

2008

Après le film La Graine et le Mulet (2007), qui l’a fait connaître auprès du grand public et qui a fait l’objet d’un précédent article, la jeune actrice algéro-tunisienne Hafsia Herzi a poursuivi sa jeune carrière en 2008 avec le film franco-marocain Française (2008), de Souad el Bouhati.

J’ai eu l’occasion de voir enfin ce film en dvd cette semaine, et si ce nouvel opus ne possède pas l’élan poétique de la Graine et le Mulet, il ancre cependant pour de bon l’actrice Hasfia Herzi au rang des grandes actrices de caractère, et a l’originalté d’aborder avec courage le sujet de l’immigration, avec des yeux posés au sud de la Méditerranée.

Hafsia Herzi incarne dans ce film Sofia, 18 ans, élevée en France jusqu’à 11 ans mais contrainte ensuite de rentrer au Maroc, le pays d’origine de ses parents, suite à l’échec d’intégration professionnelle et culturelle de ces derniers. Elle au contraire, a eu le temps au cours de ces 11 courtes premières années de comprendre la porte offerte à l’intégration et l’émancipation: l’éducation.

Pendant ces longues années passées au Maroc jusqu’à sa majorité, alors que sa soeur aînée se marie rapidement et que son frère est destiné à reprendre la ferme familiale, et ne dévie pas de l’objectif fixé: continuer à étudier assidûment pour gagner à coups de livres sa liberté et son indépendance. Ses parents de leur côté, ont du mal à supporter ce rapport de force intellectuel, eux qui ont subi l’échec de l’émigration sans qualification. Leur ego en prenaitt un sérieux coups, de voir une jeune femme, même de leur sang, réussir le même défi une génération plus tard.

Mais ne doit-on pas souhaiter le meilleur pour sa progéniture, même et surtout ce que nous ne sommes pas parvenus nous même à atteindre ou conquérir? Parvenant finalement à cette ouverture d’esprit louable, les parents de Sofia redonne à leur fille, non sans une pointe d’amertume, son passeport français confisqué quelques années plus tôt. Enfin libre, tout en connaissant le goût de l’emprisonnement, Sofia saura alors utiliser avec parcimonie et discernement ce nouvel horizon, qui lui offre des droits, mais lui ordonne également des devoirs. A commencer par sa nouvelle vie au Maroc…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s