Auf der anderen Seite | Nul n’est prophète en son pays

2008

Quel étrange phénomène nous détourne de notre environnement proche et nous amène irrésistiblement à regarder vers un horizon plus lointain ? Est-ce la fuite de son quotidien, est ce un goût de l’aventure et de l’inconnu, est-ce une ouverture d’esprit noble et sage, est-ce la quête de réponses cachées, est-ce la curiosité et la recherche de l’autre, est ce l’extériorisation d’un mal être intérieur, est-ce l’intériorisation d’un conviction nomade, est-ce l’espoir d’une vie meilleur, est-ce le désir d’une existence plus simple ?

Les roumains rêvent de la France, les français de la vie de Bohème, les libanais s’exilent au Canada pour fuir la violence quotidienne, des étudiants canadiens s’agglutinent dans les ambassades du Moyen-Orient pour vibrer au rythme de l’actualité, les films de Bollywood se passent aujourd’hui à Londres, le cinéma indépendant anglais se penchent sur les minorités indies, les chinoises se font blanchir la peau à coups de crèmes cosmétiques, les fans de Desperate Housewife utilisent d’autres crèmes pour obtenir le même teint mâte qu’Eva Longoria … On pourrait continuer cette liste des contraires bien longtemps.

Mais que retirer de ce constat troublant ? Que notre vie n’est qu’une fuite en avant, et que quelque soit l’endroit où nous sommes, nous aspirons toujours à un ailleurs meilleur, un paradis terrestre dont nous ne percevons que de vagues echos ?
Ce paradis terreste est avant tout à construire dans notre tête, cheminement intellectuel apte à modifier notre vision du monde, et en particulier notre monde le plus immédiat, le plus proche, celui dans lequel nous vivons chaque jour. Mais pour le construire, pourquoi justement ne pas profiter de tous ces flux contradictoires cités ci-dessus ? Allons puiser chez l’autre ce qui nous conviendrait dans son mode de vie, et faisons le notre. Multiplions les échanges dans les deux sens, faisons tout bonnement tomber les barrières, pour ainsi perdre toute velléité de les franchir. Allons puiser ailleurs ce qui nous fera du bien ici même. ET nous seront proches d’une nouvelle forme d’échange épanouissante, l’ « échange sédentaire » !

2008

portons la voix de ces prophètes étrangers dans notre propre pays

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s