La Graine et le Mulet | Mangez des graines…

Les peuples méditerranéens sont des gens férus de graines de toutes sortes: graines à tournesol, graines à picorer, graines à partager … sans oublier cette fameuse graine de couscous (à ne surtout pas laisser dans la pénombre de la malle arrière de sa voiture).

Et bien derrière cette activité « grainique », il me semble que tout est dit quant au succès mérité que connaît ce film auprès du public français. Cette pratique fait en effet référence à un mode de vie que nous avons perdu en France (et nombres d’autres pays dits « développés »). Avez-vous tenté l’expérience d’acheter ne serait-ce qu’un demi kilo de graines de tournesol, et de le terminer avant la fin de la journée ? Oubliez alors votre planning du jour car il va passer à la trappe. Vous allez me répondre, « je ne vais quand même pas gâcher plusieurs heures de mon temps à bouffer ces cochonneries … ». Et pourquoi pas ?

Le principal fait marquant de ce film est le rapport au temps de ses personnages. En apparence, ils semblent le perdre. Comment un homme peut-il faire preuve d’autant de patience, pour être resté « toute sa vie » sur le même chantier ? Comment cette famille trouve-t-elle le temps de se réunir chaque dimanche autour de la même table ? Comment cette équipe de retraités ne trouve-t-elle rien de mieux à faire que de regarder le monde tourner autour de quelques olives ? N’ont-ils vraiment aucune ambition ?

Pourtant de l’ambition, et elle s’avère payante à la fin du film. Votre famille aurait-elle été capable d’un tel tour de force? Or pour y arriver, il nous faut acquérir de la patience, de l’abnégation, de la ténacité, et de la croyance en un idéal. Tout ne se fait pas en un jour, rien ne sert de « zapper » d’objectif tous les quatre matins. Tenez-vous en à votre idée première, avancez et … persévérez.

Mais plus que tout, il y a l’amour, l’amour d’une famille, si fragile en apparence, qui se révélera plus solide qu’un diamant face aux épreuves de la vie. Cette force familiale, c’est de « la bombe en barre ». Et elle nous manque cruellement aujourd’hui, dispersés que nous sommes dans toutes nos familles recomposées. N’avez-vous pas ressenti une forme de vibration intérieure lors de la dernière scène du film? Tous les rouages posés avec minutie par ce père auprès de son entourage se mettent en branle, toutes ces graines semées commençant à germer, toute l’ambition d’une vie prend éclatant au grand jour. Et elle le lui rend bien.

Il ne parle pas, il ne s’éparpille pas, il picore … et il agit !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s