Raison vs Passion | ces soeurs ennemies qui nous habitent

Raison vs Passion

Dans chacun de nos choix de vie, nous faisons appel à l’une de ces deux entitées, la raison ou bien la passion. Or ces deux soeurs ennemies n’obéissent pas aux mêmes règles de cheminement, permettant à chacun d’entre nous de parvenir à une décision. Et il n’est pas rare de constater que face à un problème soulevé, elles trouvent un malin plaisir à nous proposer deux solutions … totalement opposées.
La raison a le temps pour elle. Elle vous maintient dans un état de confiance, d’assurance même, et vous accorde une crédibilité au regard de la société. Pour autant, la raison demande de la constance, une abnégation que vous pourrez appeler selon les circonstances détermination ou bien … résignation.
La passion travaille toujours dans l’urgence. A l’affût du moindre déclencheur d’émotion pour faire naître en nous une flamme de bien-être, chaude et attrayante, elle vous pousse paradoxalement vers un climat d’anxiété et de remise en question. Mais l’état de grâce ne dure pas, il est éphémère et ne vous laisse comme souvenir qu’une illusion de plus.
Pour autant, qu’en est-il lorsqu’il s’agit de transformer ces décisions en actes ?
La passion seule ne suffit pas. Ses bases sont bien trop fragiles, ses racines trop peu profondes. Les motivations qui nous pousseraient à l’action par son biais s’évanouissent aussi vite qu’est brûlant le désir qu’elle attise. L’oublier alors, en faire abstraction et n’obéir qu’à une pensée purement rationnelle au moment final du choix ? Pas si simple, car la passion nous nourrît à chacune de ses interventions, apporte le doute et la volonté de rupture. En d’autres termes, elle nous apporte changement et modernité.
La raison seule pêche par sa trop grande rigueur de pensée. Certes les actions proposées seront en parfaites adéquation avec les données de départ du problème, mais elles manquent d’attrait pour motiver durablement la personne à poursuivre dans cette voie. Le découragement guête l’homme par trop raisonné, à moins qu’il ne le camoufle derrière une routine quasi minutée.
Comment concilier alors raison et passion, et faire de ces soeurs ennemies les deux armes indissociables de toute action ?
Je n’ai malheureusment pas de réponse à cette dernière question. Par expérience, j’ai seulement appris que la raison nous forge une trâme de fond, une trâme à laquelle nous pouvons toujours nous raccrocher en période de tempête. Mais le cap proposé est toujours le même, invariant et monotone. Pour en modifier l’horizon, il faut nécessairement faire appel à notre passion, laisser parler nos désirs et notre imagination.
Ses deux forces se complètent donc à merveille, me direz vous alors, et n’avons donc qu’à en retirer les meilleurs fruits. Malheureusement, elles préfèrent à la cohabitation les luttes de tranchées, espérant à chaque nouveau réveil grapiller quelques mêtres de plus sur l’adversaire. L’équilibre ainsi crée est ainsi si fragile, qu’il ne demande qu’à rompre en la faveur de l’un ou de l’autre.
Mon idéal du moment serait tel qu’il suit: vivre dans un contexte de forte instabilité, qui implique une urgence de l’action (objectif: remplir notre mamelle passionnelle), mais n’apporter de réponse qu’en faisant le plus possible appel à ma pensée cartésienne (objectif: rassasier le nourisson assoiffé de raison). Il faut savoir se mettre en danger pour agir, mais seule une action méthodique sait nous mettre à l’abri de cette menace. Comme je l’énonçais ci-dessus, « pas si simple » …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s